NEWS

Projet GeoCamb

18-02-21

Veille

Étude de préfaisabilité gratuite d’un système géothermique en région bruxelloise

Alors que l’Union européenne a atteint son objectif de 20 % de production d’énergie renouvelable en 2020, la Belgique n’a quant à elle pas respecté son objectif de 13 %. Des mesures supplémentaires doivent être prises afin d'atteindre l'objectif de 30 % fixé pour 2030 puisque la production d’énergie solaire et éolienne n’y suffira pas. L’énergie géothermique peu profonde peut jouer un rôle substantiel dans ce défi. Outre le chauffage, le refroidissement ou le stockage saisonnier d’énergie, la géothermie peu profonde permettra également d’améliorer la décarbonisation du secteur du chauffage et du refroidissement, qui représente 48 % de la consommation totale d’énergie.

Ces dernières années, des recherches ont été réalisées dans le domaine de la géothermie peu profonde, dans le cadre de projets tels que SmartGeotherm et Brugeo. Bien que le marché belge de la géothermie peu profonde connaisse une croissance stable, d'importantes barrières restent à franchir pour le développer davantage, comme une meilleure connaissance du potentiel souterrain et économique, les coûts d’investissement, le soutien financier, les mesures politiques et la sensibilisation du public. La plupart des systèmes géothermiques existants sont traditionnellement installés dans les terrains meubles sédimentaires du Mésozoïque et du Cénozoïque. Cependant, le forage d’exploration à Anderlecht (2017) et le système géothermique ouvert opérationnel de la Gare Maritime (2020) attestent du haut potentiel et de la haute efficacité du socle cambrien du Massif du Brabant. Le socle cambrien se situe à une profondeur comprise entre 0 et 300 m dans les provinces flamandes et wallonnes ainsi qu’en région bruxelloise. Une exploitation plus intensive du socle cambrien doit être sérieusement envisagée afin d’atteindre la part des énergies renouvelables dans le total de la production d’énergie et de renforcer le développement du secteur de la géothermie.


La technologie de la géothermie exploite un système à circuit ouvert ou fermé afin de capter la chaleur naturelle du sous-sol. Dans les systèmes à circuit fermé, les fluides qui permettent de capter la chaleur ou de la stocker dans le sous-sol circulent dans des tuyaux. Dans les systèmes à circuit ouvert, ce sont les eaux de surface ou souterraines qui servent de caloporteurs. Après avoir capté la chaleur de l’eau, celle-ci est réinjectée dans la masse d’eau. 
Chacun de ces deux systèmes est relié à des pompes à chaleur géothermiques afin d’augmenter la température pour la distribution du chauffage au sein du bâtiment. Habituellement, la pompe à chaleur géothermique transforme une unité d’électricité en quatre unités d’énergie géothermique.
En fonction de l’endroit, de la demande en énergie, de la géologie et de l’hydrogéologie du sous-sol et de l’espace disponible notamment, différents types de systèmes géothermiques peuvent être installés. 

BrugeoTool est un outil en ligne qui permet aux gestionnaires de projet, aux scientifiques ainsi qu’aux individus et aux professeurs de consulter chacune des étapes d’un projet de  géothermie dans la région de Bruxelles-Capitale.
 


Cet outil présente des informations géologiques et hydrogéologiques détaillées (visualisation 1D, 2D ou 3D), la faisabilité, le type et les aspects techniques d’un système géothermique, les risques et les contraintes environnementales ainsi que la législation en la matière.

Le projet GeoCamb vise non seulement à évaluer et à prouver le potentiel géothermique du socle cambrien, mais il prendra également en compte la demande en énergie de bâtiments spécifiques, publics de préférence, afin de maximiser l’efficacité du système. Pour ce faire, une exploration géologique, hydrogéologique et géophysique sera réalisée. Afin d’avoir une compréhension globale et d’assurer la durabilité des installations géothermiques, les impacts économiques et environnementaux seront également étudiés.

Afin de réunir le plus d’informations possible, GeoCamb travaillera selon deux approches : l’approche gagnant-gagnant ou la réalisation d’études de cas. Dans le cas d’une collaboration gagnant-gagnant, les sociétés et organismes publics, qui travaillent déjà à un projet de géothermie dans la zone d’étude, sont approchées afin de réaliser des tests, analyses et contrôles supplémentaires afin non seulement d’améliorer nos connaissances scientifiques, mais aussi, dans certains cas, de les aider à concevoir des installations plus adaptées. De cette façon, nous avons accès au site et aux données (souterraines et de surface) tandis qu’eux bénéficient de nos résultats.

Outre ces collaborations gagnant-gagnant, trois études de cas vont être réalisées pour lesquelles le prélèvement d’échantillons lithologiques récents, obtenus par un forage de sonde, sera complété par des tomographies électriques, des tests de pompage et des tests de réponse thermique dans ce forage. Tous ces éléments feront partie d’une étude de préfaisabilité visant à examiner et démontrer le potentiel géothermique du socle cambrien. Nous sommes actuellement à la recherche d’une seconde (et d’une troisième) étude de cas. Dans ce cadre, nous recherchons :

  • un projet public de réaménagement ou de construction d’un nouveau bâtiment
  • dans le cadre duquel l’étude de préfaisabilité d’un système géothermique pourrait être menée
  • cette année (ou début 2022)
  • à Bruxelles (dans la vallée de la Senne) ou en Brabant wallon ou en Brabant flamand
  • avec une surface d’environ 250 m2 pour l’installation de forage
  • ….

Si votre ou vos projets correspondent à nos critères ou pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse électronique epetitclerc@naturalsciences.be ou pgurung@naturalsciences.be.

 

Nos partenaires